Découvrez mes deux dernières destinations du mois : L'Ouzbékistan & Voyage Solidaire au Sri Lanka IIIII sur les réseaux par ici ---->>
Home Asie I OUZBEKISTAN I 1 nuit dans une yourte dans le désert de KyzylKoum

I OUZBEKISTAN I 1 nuit dans une yourte dans le désert de KyzylKoum

Après avoir parcouru des centaines de kilomètres, évité des milliers de trous dans les routes, passé je ne sais pas combien de postes frontaliers, être allée aux toilettes illégalement au Turkménistan, avoir laissé passer des troupeaux de vaches et de brebis, me voilà enfin arrivée au camp de yourtes, dans le désert de KyzylKoum.

Enfin, je descends du véhicule pour me dégourdir les jambes. En moins de quelques secondes, je ne ressens plus aucune douleur nulle part. Les paysages sont époustouflants ! Il n’y a absolument rien d’autre que 6 yourtes à des kilomètres aux alentours. Ah si, des chameaux et encore des brebis !

La yourte, l’habitat traditionnel des nomades de l’Asie Centrale

Bien que la plupart des nomades soient sédentarisés, la yourte est encore très utilisée par les locaux en période estivale. Effectivement, ils viennent profiter de la nature et de la sérénité de ces endroits désertiques.

La yourte est une sorte de grande tente. Elle mesure environ 5 à 7 mètres de diamètre, avec une hauteur largement suffisante pour qu’un homme puisse tenir debout. Elle est composée d’une ossature en bois. Celle-ci est relativement légère, pour qu’elle soit facile à monter, démonter et transporter. Chaque morceaux de bois est relié par une corde, qui fait le tour de la yourte à plusieurs endroits de la structure. Ce, pour gagner en rigidité. Ensuite, la structure en bois est recouverte d’immenses toiles (à l’époque il s’agissait de peaux).  A l’intérieur, pour isoler du froid, de très grands tapis sont disposés au sol et sur les côtés. A noter, à l’époque, les nomades, dormaient à même le sol, sur une sorte de futon. Aujourd’hui, les yourtes sont équipées de lits et même d’électricité pour certaines.

Photo : La yourte en cours d’installation. Cela vous donne une idée de l’ossature.

Il n’y a plus personne autour de la yourte. En fait, je suis venue déconcentrer les travailleurs, pour leur poser de nombreuses questions à propos de cet habitat traditionnel pour eux, et insolite pour moi. Effectivement, ces deux charmants Messieurs, m’expliquent, qu’il leur faut au moins une journée à trois personnes, pour monter une telle yourte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo : La yourte une fois terminée, prête à dormir ! 

C’est vrai, j’ai eu de la chance de voir le camp de yourtes s’installer. Je suis la première de la saison à dormir sur le camp. D’ailleurs, il n’y a que les locaux, et c’est parfait pour l’immersion totale. Cependant, je vous avouerais que je ne comprends pas tout ce qu’on tente de se dire. Mais avec les sourires, les gestes et un bout de bois pour dessiner sur le sable, nous réussissons à nous comprendre. A ce propos, vous connaissez le rébus n’est-ce pas? Eh bien, j’ai révisé mes classiques !

Les paysages de la steppe, le désert de Kyzyl-Koum

Maintenant, j’installe mes affaires dans la yourte. Je prends le temps de déguster le thé de bienvenue avec le couple de propriétaires Ouzbeks. Ensuite, je décide d’aller m’imprégner des lieux. Je prends mon sac-à-dos, mon appareil photo et je pars marcher quelques heures sans but précis. La végétation est très sèche, parfois je marche sur du sable ou sur de l’herbe entre les arbustes.

Après, quelques kilomètres plus loin, j’entends au loin des bêlements de brebis. Alors, je tente de me rapprocher doucement. Je vois que je les fais fuir. Du coup, je décide de m’asseoir par terre et d’attendre qu’elles aient confiance en ma présence. Je les observe de longues minutes. Il y en a de toutes les tailles. Les bébés sont tout de même les plus craquants. Ils suivent leur maman, pour boire à leur mamelle.

Au loin, j’entends « ana bala, ana ana, bala bala, ana bala« . C’est le berger qui arrive pour rassembler le troupeau avant de les ramener au camp pour la nuit. Ana : agneau et Bala : mouton.

Il est était tellement surpris et à la fois content de me croiser, assise en plein milieu de son troupeau, qu’il s’est empressé de courir après un bébé chèvre. Il me le rapporte sur mes genoux. Au début, je ne le vois pas très rassuré du tout. Il tremblait de tout son corps. Pour qu’il se sente en sécurité, j’essaye de ne pas bouger. Puis, il se calme doucement. Au point où, il ne voulait plus partir. C’est une expérience originale, que de partager ce moment particulier avec un berger et ses chèvres. Et qui plus est, dans la steppe en Ouzbékistan.

De retour au camp, les propriétaires me proposent de découvrir la steppe sous un autre angle. A dos de chameau cette fois-ci ! Croyez-vous que j’ai décliné l’invitation? Bien sûr que non ! Je n’avais encore jamais escaladé un dos de chameaux. Et vous mes amis grimpeurs? 😉

Je choisis Marley, il a été très gentil avec moi pendant toute la randonnée. J’étais parfaitement bien calée entre ses deux bosses. En plus, j’ai pu admirer la steppe d’un peu plus haut que  de mes 1m60. Grâce à lui, j’admire ces vastes espaces désertiques sans aucun bruit. C’est vraiment très ressourçant.

Et vous, l’idée de dormir dans une yourte vous tente? Découvrir la steppe à dos de chameau aussi?

Je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures… 

Pour rester informé en temps réel n’hésite pas à me suivre sur Facebook et Instagram


Ce voyage est le fruit d’un partenariat avec l’agence réceptive locale Xuroson TourToutefois, je garde le choix du contenu de mes articles. 

6 comments

Rattana 3 avril 2017 at 20 h 36 min

Un beau récit, de belles photos, de bons souvenirs… 🙂

Reply
Marion 3 avril 2017 at 20 h 41 min

Merci Rattana pour ton soutien 🙂 Nous garderons de très jolis souvenirs oui 🙂

Reply
Claire 4 avril 2017 at 11 h 41 min

De très belles expériences et belles photos !

Reply
Marion 4 avril 2017 at 14 h 25 min

Merci Claire ça fait très plaisir ! 🙂

Reply
Xavier 12 avril 2017 at 19 h 57 min

Magnifique!! Deux choses que j’aimerais bien faire: dormir dans une yourte (une vrai) et me promener à dos de chameau….

Reply
Marion 16 avril 2017 at 6 h 17 min

Hello Xavier, merci pour ton soutien 🙂 En espérant que tu arrives à réaliser ces deux projets qui sont des expériences merveilleuses. Je t’encourage

Reply

Leave a Comment