Home France I VTTAE I Ma première randonnée à VTT électrique sur la neige !

I VTTAE I Ma première randonnée à VTT électrique sur la neige !

La semaine dernière je vous parlais de ma première sortie sur un VTT électrique dans le Massif des Vosges en Alsace. Aujourd’hui, je vous raconte ma première randonnée à VTT électrique, cette fois-ci, sur la neige ! Pour ne rien vous cacher, je suis comme une gamine au moment où je vous parle, car j’ai toujours rêvé d’essayer ce type d’aventure insolite. Les conditions sont idéales pour une débutante comme moi. L’enneigement est léger, avec une petite dizaine de centimètres. Alors, c’est parti, j’y vais ! 

Ma première randonnée à VTT électrique (VTTAE) sur la neige !  

Pour ma première sortie sous la neige, nous avons choisi de partir depuis le parking du Hohwald, en Alsace. J’ai rejoins la très belle cascade du Hohwald, grimpé jusqu’au Champ du Feu en passant par la source de l’Andlau. A cette époque, les paysages  sont splendides et si variés que j’en perds mes repères. Entre la cascade qui coule à flot, et la neige plus haut, c’est un spectacle.

Cascade du Hohwald – Alsace

 

Au départ du parking, je devine à peine la neige dans le jardin du voisin. Les arbres sont verts, le sol est couvert de feuilles mortes. Je monte sur mon VTT pour rejoindre la cascade qui se situe à seulement quelques mètres au-dessus.

Le début du circuit est la partie la plus compliquée. Il y a un passage en escalier qui n’est pas simple à franchir en Enduro. Pour le passer, je me mets sur une petite vitesse, et j’enclenche directement le mode d’assistance « turbo ». Le revêtement est très glissant, entre feuilles mortes et cailloux humides, je reste prudente, pour continuer à admirer ces paysages merveilleux sous les bois.

Ca y est ! Me voilà les roues dans la neige ! Je sors un instant des bois, je suis sur un chemin de traverse avec beaucoup de neige au sol, sur les arbres, sur les toits des cabanes, partout. C’est magique !

 

 

Je reprends la route. La neige est très abondante, les côtes deviennent de plus en plus raides. C’est l’occasion de tester les capacités du vélo (les miennes aussi) à grimper dans de telle condition. Bien que de prime à bord ça ne soit pas si simple, je me rends vite compte que pour le coup, mieux vaut ne pas utiliser le mode « turbo », sinon ça patine. Mais bien rester sur l’intermédiaire en mode « trail ». J’appuis modérément sur mes jambes, pour éviter les accoups, et roule régulièrement.

Sur mon chemin un énorme tronc gêne mon passage ! Pas facile de soulever le vélo qui fait environ 22kg. Mais heureusement, le VTTAE est équipé d’un bouton magique, le « walk assistance ». J’appui sur le bouton, pendant que je pousse mon vélo. Il avance avance presque tout seul ! Un outil très rassurant dans ce genre de cas, qui permet de rester autonome.

Je viens de croiser des randonneurs en bottes de randonnée de neige. Ils on été très impressionnés de la facilité avec laquelle le VTT grimpe ! A moins d’avoir un fatbike ou un VTT électrique, on ne passe pas à vélo par ici à cette période.

Nous entamons la descente, je ne suis même pas à la moitié de la consommation de ma batterie. Pourtant, le froid accélère la consommation. Le guide me dit de faire attention aux racines, cachées sous les feuilles mortes, elles mêmes cachées sous la neige. Effectivement, en descendant la neige est moins épaisse. J’aperçois les feuilles mortes, mais absolument pas les racines glissantes.

Nous voilà en bas. Nous avons parcouru 15km pour 500m de dénivelé en 2h30. C’est un circuit qui s’effectue en temps normal en 1h en VTTAE, sans pause. Mais vous me connaissez, je ne peux pas m’empêcher de m’arrêter pour faire des photos au fil des sentiers. Je suis arrivée, et il me reste 2 barres de batteries. Je suis à peine fatiguée, je serais bien repartie continuer à explorer les sentiers du coin, pour épuiser la batterie jusqu’au bout.

Personnellement je l’utilise plus sur des sentiers que je ne pourrais pas emprunter avec mon enduro classique (oui oui je continue à en faire chaque semaine, pour ceux qui croient que je vais devenir fainéante, détrompez-vous ! 😉 ) Il me permet d’apprendre à me dépasser, de franchir des obstacles et des pentes plus abruptes que je n’aurais pas osé franchir avec mon enduro.

Après, chacun l’utilise comme il le souhaite. Plûtot que d’augmenter la difficulté, il peut aussi être intéressant de choisir un sentier facile et adapté à tous niveaux, pour ainsi parcourir de plus longues distances, en moins de temps.

En Alsace il existe de nombreux sentiers très bien balisés pour vous permettre de partir à la découverte de cette activité. Si vous souhaitiez tester l’un ou l’autre circuit et qu’il vous semblait peut-être un peu long et difficile, alors c’est le moment de passer à l’électrique pour tester et poursuivre la découverte de notre jolie région !

Si vous souhaitez lire/relire mon premier test du VTTAE c’est ici ==>> http://madamevoyage.fr/blog-outdoor-vtt-e-bike-vtt-electrique/

 

Cet article vous intéresse? Vous souhaitez essayer?

N’hésitez pas à me partager vos impressions en commentaires, car on partage tout ici 🙂 


Une sortie réalisée en partenariat avec Jonathan RIEHL, moniteur VTT et Fondateur d’Hopla Bike – Guidage de groupes  à VTT à assistance électrique en Alsace. Toutefois, je garde la pleine liberté éditoriale et photographique.

 

Leave a Comment