Home Amériques I CUBA I Mes expériences & Adresses pour découvrir les 7 quartiers de La Havane

I CUBA I Mes expériences & Adresses pour découvrir les 7 quartiers de La Havane

Saviez-vous que La Havane, est l’une des plus vieilles ville du Nouveau Monde ?  Capitale de Cuba, elle a été officiellement fondée le 25 Juillet 1514. Elle a longtemps été convoitée par les étrangers ;  la France, la Hollande (Pays-Bas), l’Angleterre, puis l’Espagne. Soumise à leurs attaques, la population décide de se protéger, en bâtissant des fortifications, d’ailleurs toujours existantes à ce jour. Sa situation géographique était tout à fait idéale. Alors, elle est rapidement devenue le port principal de transit des esclaves, provenant pour la plupart d’Afrique, et des trésors eux-mêmes, arrivant tout droit des Indes Occidentales (Amériques Latine). Tout transitait en direction de l’Amérique et de l’Europe. Cuba, est une île de tous les contrastes. Mais c’est à La Havane que l’on s’aperçoit le plus de la mixité des années passées. Il y a comme un air des Caraïbes dans les rues.  Les « indiens » arrivés à Cuba, quelques milliers d’années avant Christophe Colomb, ont laissés leurs traces dans l’alimentation du quotidien (malanga, patate douce). Les noirs d’Afrique, arrivés comme esclaves à des époques différentes, ont eux aussi marqué le pays à vie. Et notamment, en important leur religion sacrée. Plus tard, les Asiatiques ont débarqué pour s’installer et penser faire fortune. Ils ont notamment importés certaines épices. Ce sont surtout les Espagnols qui ont laissé la plus grosse emprunte du quotidien. Car c’est en espagnol, et avec un fort accent cubain, que les locaux parlent et chantent, dans les rues colorées ou délabrées de La Havane…

Je me dis toujours, que si je souhaite comprendre les locaux dans leur environnement, il est important qu’avant mon départ, je me documente un strict minimum sur leur histoire… Maintenant que je vous ait partagé les moments clés (absolument non exhaustif bien sûr, les historiens seront bien meilleurs que moi) je vous propose de découvrir La Havane quartier après quartier, comme moi je l’ai vécu. La Havane était la première étape de mon voyage. A mon sens, la plus importante pour s’imprégner des lieux. Mais si vous avez lu mon premier article : mes conseils pour bien préparer votre voyage à cuba vous n’êtes pas sans savoir que je n’ai pas aimé ma première semaine ! J’ai vécu 1 mois à Cuba. J’ai passé mes 3 premiers jours et mes 2 derniers jours à La Havane. C’est amplement suffisant pour découvrir la folie de cette ville. A savoir, si vous avez moins de temps,  vous pouvez tout à fait vous concentrez sur les 4 premiers quartiers présentés. Dans ce cas, 3 jours suffisent.

 

MES EXPÉRIENCES & ADRESSES POUR DÉCOUVRIR LES 7 QUARTIERS DE LA HAVANE

+ LES CONSEILS PRATIQUES POUR BIEN DÉMARRER DÈS L’AÉROPORT + 

Vous arriverez très probablement à l’aéroport international José Martí de la Havane. Celui-ci se situe à une vingtaine de kilomètres du centre. Comptez 20 minutes de trajet le soir, et plutôt 30 minutes en journée, voir plus si vous êtes le dernier à être déposé.

  • La monnaie (CUC) : pensez à échanger vos euros directement sur place en échange des CUC (pesos convertibles). Pour se faire, en sortant du hall d’arrivée, dirigez-vous vers la gauche, vous verrez le guichet « CAMBIO« . Pensez à changer quelques billets en petites coupures pour payer le taxi et les autres petits montants (5,10,20CUC).  N’ayez pas peur, sur le chemin entre la porte de sortie et ce bureau, vous allez vous faire alpaguer par les taxis. Laissez-les vous proposer des prix indécents et profitez-en pour leur dire avec un grand sourire « No es mi primera vez en Cuba« . La traduction, « ça n’est pas mon premier voyage à Cuba ». Avec cette phrase, ils comprennent que vous connaisez les prix justes.
  • Le transfert aéroport-La Havane : prenez le taxi et comptez 25CUC. Avec négociation 20 CUC (15CUC pour les meilleurs et plus souvent au retour !) Par contre ne soyez pas pressés eux ne le sont pas.
  • La location de voiture : je vous le déconseille fortement ! Les panneaux sont à l’image des rues délabrées ! Je ne vous parle même pas des places pour se garer.
  • L’hébergement : Casa Elizabeth & Guïcho – Calle Galliano #307 (Neptuno y San Miguel). L’adresse de la casa particular dans laquelle j’ai été hébergé à l’aller et au retour. Je la recommande pour 5 bonnes raisons :
    1. Parce que une amie ma l’a recommandé et mes parents aussi !
    2. Le logement a un emplacement central tout à fait idéal
    3. Les propriétaires Elisabeth & Guïcho sont absolument adorables !
    4. Le tarifs sont très attractifs et le rapport qualité/emplacement/prix aussi : 25CUC la nuit +5CUC pour un petit-déjeuner très copieux et délicieux. Une mention spéciale pour les omelettes de Guïcho à tomber par terre et le jus de goyave fait maison par Elisabeth, fraîchement pressé par leurs soins.
    5. La vue du balcon est à résolument… havanaise ! Si vous souhaitez réserver une nuit, passez par moi, surtout si vous ne parlez pas espagnol. 

+ LES 7 QUARTIERS DE LA HAVANE + 

 

#1 CENTRO HAVANA 

C’est ici, dans ce quartier de La Havane que j’ai logé, et que j’ai commencé mes premières pérégrinations havanaises. Il est parfaitement bien situé. Tout juste, entre les quartiers de la Havana Vieja, délimité par le Prado (grande rue commerçante sans âme ni grand intérêt), par le gigantesque Capitalio, et le Vedado, délimité par la rue Calzada de Infanta. Elle mène tout droit vers le Malecón. Cette fameuse promenade autant convoitée par les voyageurs que par les cubains eux-mêmes. Par contre, pas tout à fait aux mêmes heures ! Je constate, qu’en journée nous sommes plus nombreux voyageurs que cubains. Par contre, à partir de 18h, la tendance s’inverse largement. Les pêcheurs sortent leur canne à pêche et investissent les lieux. Je décide de dîner au Ana’s Buffet. En sortant, il est 21h30, et il fait nuit. Le Malecón s’anime. Les jeunes sont de sorties. Ils ont branchés leur gros caisson de basse. En marchant, chaque 10 mètres une autre musique, un autre style. Quoi que très souvent du raeggaton et des artistes locaux. Je m’arrête de temps à autre pour leur demander qui sont les artistes (Chocolate, Yomil Y Dany, El Principe).

En journée, se balader sur le Malecón, c’est aussi apprécier l’eau turquoise de la crique de Lázaro. Parfois les vagues s’affolent au point où nous ne pouvons même plus marcher sur le Malecón. Tout est condamné, il faut traverser. Il est bientôt midi. Après avoir papoter avec Elisabeth, j’ai rendez-vous avec la musique cubaine traditionnelle cette fois-ci ! Tous les dimanches, entre 12h et 15h (pas une minute de plus), la rue Callejón de Hamel se transforme en festival ! L’ambiance bat son plein. La musique est omniprésente. Et les cubains se déchainent pour nous partager une partie de leur quotidien. Bien que l’endroit soit ultra touristique, il est à ne pas manquer. Le lieu est très coloré. Les amoureux de street art y trouverons alors un autre attrait.

A mon retour, je suis retournée chez Elisabeth, a Calle Galliano. C’est dans cette rue que se situe un des endroits les plus emblématiques de Cuba : La Casa de la Música de la Havana. Ce lieu a subit de gros dommages, il a été inondé au passage de l’ouragan Irma en Septembre 2017.  Le gardien me voyait passer plusieurs fois par jour,. Je lui disait systématiquement bonjour, accompagné d’un petit mot journalier et d’un large sourire. Le tout dernier jour, il me dit :  » c’est enfin ouvert aux répétitions. Tu veux entrer secrètement ? Il y a une troupe qui joue !  » – La salle est superbe, comme à l’époque, avec de tissus rouge feutrés et les fauteuils tout en bois. L’acoustique est impressionnant. J’ai eu la chance de voir une troupe connue répéter. Je n’avais pas mon petit carnet à ce moment, plus de téléphone non plus (car perdu lors d’une étape précédente), je n’ai pas pu noter, je ne me rappelle plus.

#2 HAVANA VIEJA

La Havana Vieja est le plus vieux quartier de la capitale. Il est considéré comme le centre historique de la ville. Et pour cause, c’est le quartier colonial espagnol construit entre le XVI et XVII ème Siècle. Les édifices sont chargés d’histoire, et chaque rue, témoigne du passé bien marqué.

Depuis Calle Galliano (la rue dans laquelle je loge), j’emprunte Calle Neptuno pour atterrir sur la Plaza Central. C’est clairement le centre névralgique de la capitale, qui dessert facilement l’ensemble des différents autres quartiers. Je remonte la rue Zulueta (rue des musées) sur laquelle j’en profite pour visiter le Museo nacional de Bellas Artes (artes cubanos), plus loin le Museo de la revolución. Il est très intéressant de commencer par ce musée, car il donne de nombreuses information sur l’histoire toute entière du pays. Ca permet de s’imprégner vraiment des différentes périodes et des empruntes du passé. J’ai d’ailleurs découvert sous autre angle, Fidel & Raul Castro ainsi que tous les autres. En sortant, je bifurque dans les rues attenantes. Je découvre des galeries d’artistes indépendants. Je prends le temps de disctuer avec l’un d’entre eux. J’ai même eu le droit à un cours de photos, très instructifs ! Plus tard,  j’arrive à la Plaza de Armas : C’est là que tout a commencé ! Construite par les colons, les militaires s’entrainaient sur cette place. D’où son nom encore aujourd’hui. C’est juste à côté de cette belle place que fût érigé le Castillo de real Fuerza (entrée 3 CUC) : Ca n’est pas vraiment un château, mais plutôt une forteresse. L’ensemble se visite en extérieur. Je n’ai pas trouvé grand intérêt mise à part pour la vue impressionnante sur le chenal. D’une certaine manière on se plonge un peu dans le passé.

Ce quartier longtemps délaissé, aujourd’hui il a repris du grade. En effet, depuis les années 1990 et encore à ce jour, L’UNESCO se charge de la restauration des bâtisses et des rues pavées. Mais aussi, de la très charmante Place de la Cathédrale. D’ailleurs, la cathédrale de La Havane, impose par son style architectural et aussi, par sa couleur blanche, qui contraste vraiment avec l’ensemble de la place ! Certains bâtiments ont de remarquables colonnes en bois, peintes de bleu parfois de vert.J’en profite pour faire un détour dans le très célèbre bar de la Bodeguita del Medio, pour déguster un mojito. (élu meilleur mojito du monde ! Pour être tout à fait honnête je n’ai pas trouvé. Après ce lieu est surtout emblématique, car c’est ici qu’est né la recette du mojito original. Je poursuis ma découverte par la rue Mercaderes. Je repère la Casa del Tabaco,qui, pour le coup, n’a rien d’exceptionnel. Pourtant, juste à côté je suis surprise de la beauté de la Casa de Obrapía et de la Casa de Simon Bolivar. Je monte tout en haut du bâtiment, lui aussi en rénovation. Je me permet d’aller sur le petit balcon, où je profie de la vue de la rue en contre-plongée. Je poursuis mon chemin vers l’emblématique rue des Oficíos. Je découvre entre autre, la Casa de los arabes, qui est mon vrai coup de coeur ! On se croirait presque au Maroc ! Tant sur l’architecture du patio que sur la décoration très orientale.

J’arrive à la fin de la rue Oficios et je me retrouve au bord de l’eau, sur le quai Alameda de Paula. Je profite de la superbe vue. Et je replonge dans le chaos des rues abîmes par le temps. J’emprunte une rue au hasard et je tombe devant la gare. Puis, je tombe nez-à-nez devant la superbe Casa natal de José Martį.  je n’ai pas pu y rentrer. Elle était fermée, par contre juste pour l’extérieur, le jardin et la bâtisse jaune poussin, ça vaut le détour !

#3 BARRIO CHINO

Le quartier chinois, plus communément appelé el barrio chino, se situe proche des rues Dragones, Amistad et Industria. Le point névralgique du quartier est l’allée Callejón de Cuchillo. Pour se rendre dans le quartier Vedado, j’ai choisi de parcourir les rues de ce quartier rempli d’histoire. C’était l’endroit où s’étaient entassés les 30 000 chinois, lorsqu’ils ont débarqué sur l’île au XIX ème Siècle, croyant pouvoir faire fortune, dans l’industrie du sucre. En effet, à l’époque, ils avaient reconstitué une ville dans la ville, avec toutes les commodités qui leur étaient utiles au quotidien : épiceries typiques, restaurants chinois, pharmacies à base de plantes médicinales. D’ailleurs, c’est en 1920 qu’il devient le plus grand quartier chinois de l’Amérique Latine ! Jusqu’au jour où, les chinois repèrent un nouvel eldorado, qui s’appelle les Etats-Unis. Ils migrent en vague, et laissent leur quartier en désuétude. Aujourd’hui, il n’a plus que le nom de chinois. C’est un quartier complètement laissé à l’abandon. Tous les bâtiments sont complètement délabrés. Et pourtant, les cubains sans moyens, vivent dedans illégalement.

A l’occasion du centenaire de l’arrivée des chinois, en 1999, la République Populaire de Chine a offert en mémoire à ce quartier chinois, une grande porte « La Porte Chinoise ». L’idée, était aussi de faire redonner vie au quartier. Depuis, le petit quartier reprends un peu de vie et d’attraction, même auprès des voyageurs chinois.

N’y allez pas en imaginant trouver une copie conforme du chinatown de Paris ou de New York, là c’est sûr vous serez déçus. Mais plutôt, avec l’idée de découvrir une partie du passé de la ville. J’ai tout de même testé le restaurant chinois La Flor de Loto. C’est une institution, pour les cubains qui viennent se remplir la panse pour la journée (2 jours pour nous). Le style de cuisine tire vers du chinois « cubanisé » si je puis dire. Il y a beaucoup de fritures, de porc, de crevettes et de riz sous toutes ses formes bien évidemment. Ce qui est étonnant à la fin du repas, c’est qu’ils te proposent d’emporter tes restes.

 

#4 VEDADO

Me voilà arrivée dans le Vedado par le Malecón. Je remonte la fameuse Calle 23. A première vue, ce quartier n’a rien d’alléchant. Je vois de nombreuses constructions beaucoup plus récentes, d’un tout autre style. Il y a de nombreux hôtels de luxe, des boîtes de nuits, une quantité de bars innombrables, à ne pas savoir lequel choisir. De jour, c’est le genre de quartier auquel je ne trouve absolument aucun intérêt. A part me rendre compte, que, comme partout, les différences sociales sont bien notables ici aussi.

Pour ma part, le seul intérêt de ce quartier excentré est de s’y rendre la nuit en taxi, pour découvrir un concert d’une troupe cubaine à ciel ouvert, dans l’un des emblèmes de la ville : El 1830. Là où tous les grands se produisent. Ca ne vous dit peut-être rien aujourd’hui, mais, vous en entendrez parler tous les jours (si vous parlez espagnol couramment et que vous êtes capable de comprendre ce qu’ils se racontent). J’ai eu la chance d’assister au concert des numéros 1 de cuba, le groupe Los Van Van. L’entrée est absolument chaotique. Après quelques heures d’attente et d’embrouilles, je fini par rentrer dans ce lieu emblématique. Les cubains dansent, boivent, dansent, boivent. Ils changent de partenaires et font leur show. C’est très impressionnant et très cubain !

#5 NUEVO VEDADO

Il se trouve dans le prolongement du quartier du Vedado. Il n’a pas grand intérêt. Mais c’est intéressant de le repérer et de le connaitre si vous souhaitez emprunter les bus Viazul. Tous les départs se font ici au niveau du parc.

#6 MIRAMAR

Pour se rendre dans ce quartier mieux vaut être véhiculé. Emprunter un taxi collectif par exemple. Il est très excentré. C’est le quartier huppé de La Havane. Il vaut le coup d’être vu, surtout pour se rendre compte du véritable contraste qu’il y a d’un quartier à l’autre ! Ici, rien ne m’attire vraiment ! Ces énormes résidences luxueuses m’attristent, lorsque je vois comment les gens vivent à quelques mètres de l’autre côté de la rivière de l’Almendares. En résumé si vous n’avez que deux ou trois jours devant vous, inutile de s’y rendre.

#7 CERRO

Le quartier du Cerro, c’est un peu comme chez nous les quartiers périphériques sans grand intérêt culturel. Par contre, il est intéressant de voir comment se passe la vraie vie dans ces quartiers très populaires. Les vieux vendent des morceaux de fils de fer devant leur palier complètement ruiné. Les vieilles attendent aux barreaux de leur fenêtre, que le temps passe. Les jeunes jouent avec une canette de bière sur la route défoncée.

 

Par contre, et bien qu’en réfection, la gare est à voir. C’est à pied que j’ai réussi à me faufiler entre les rambardes de sécurité, pour contempler la beauté des lieux. J’ai demandé aux travailleurs de m’accompagner, histoire de me les mettre dans la poche. Ils étaient honorés que je porte intérêt à leur travail. Et moi j’étais honorée, qu’ils m’accordent leur temps et leur connaissance. Une fois de plus, j’étais bien contente de me débrouiller en espagnol. C’est véritablement un plus ! Surtout dans ce genre de quartier, ou ils n’ont pas franchement l’habitude de voir des touristes.

                              Super ! Vous connaissez maintenant tous les quartiers !                                                       Mais je vous vois venir avec votre prochaine question. Comment allez-vous vous déplacer ?

Plusieurs moyens : Selon moi, et celui que j’ai le plus pratiqué, c’est la majeure partie du temps à pied. Cependant, il y a certains quartiers qui sont moins accessibles que d’autres. Comme une partie du Vedado, le Nuevo Vedado et surtout, le Miramar, qui est accessible qu’en transport. Aussi, si vous souhaitez visiter dans un temps imparti.

QUELS MOYENS DE TRANSPORTS POUR DÉCOUVRIR LA HAVANE ?  

  • les coco-taxis : vous les repèrerez très facilement. Ils sont jaune poussin en forme de noix de coco. c’est un scooter déguisé. 3-5CUC/course
  • les taxi-bici (vélo-taxis) : 1CUC
  • les wawa (les bus urbains) : 0,50CUP : attention accrochez-vous. Celui-ci, il vaut mieux maitriser correctement la ville et savoir te repérer à travers la vitre. C’est là que vous sortez vos CUP. Et n’oubliez pas d’avoir l’appoint, sinon vous monter sans payer !
  • les taxis collectivos : l’histoire de quelques CUC. Ils ne parcourent qu’une seule rue.

Ces moyens de transports sont utilisés au quotidien par les cubains. Les prix indiqués sont leurs tarifs. S’ils vous demandent plus, je vous laisse le loisir de négocier. Bonne chance ! Ils ont plus d’expérience que nous dans le domaine !

En résumé, si vous souhaitez voir l’essentiel, 3 jour suffisent. Vous vous concentrez alors sur la Havana Vieja, Centro Havana et Vedado pour découvrir la vie de nuit à Cuba. Si vous souhaitez comprendre un peu mieux le contraste entre les cubains, il est bien de s’attarder sur les quartiers périphériques qui nous en apprend bien plus sur la triste réalité de leur quotidien.


+ MES ADRESSES A LA HAVANE + 

+OÙ BOIRE UN VERRE ?
  • Quartier La Havana Vieja : Bar VAN – VAN : Calle Juan de Dios #58 : Une ambiance cubaine assurée ! En fin d’après-midi, un groupe habituel vient se produire. Je vous conseille très fortement le mojito et la piña colada. Les amuses bouches sont eux aussi excellents.
  • Quartier La Havana Vieja : Bar LA FLORIDITA : Calle Obrapia : Un lieu hautement touristique ! Mais très cubain à la fois. Il faut y venir pour goûter l’une des meilleures capirinha de la ville et pour l’ambiance atypique.
+OÙ MANGER ?
  • Quartier La Havana Vieja : Restaurant privé (restaurant privado) DON LIS : Calle Tejadillo #163 : Si vous devez goûter une langouste, dans tout votre voyage c’est ici ! SU-CU-LEN-TE ! Elle est livrée tous les matins par les pêcheurs professionnels en personne ! En plus, ils ont une véritable collection de vieux rhum. Parfait pour accompagner Madame ! Les patrons sont absolument adorables !
  • Quartier La Havane Vieja : Snack ITCHINBA : Calle Oficinos : La meilleure « street-pizza » de La Havane ! Attention, équipez-vous de CUP pour payer et pour jouer aux locaux.
  • Quartier Centro Havana : Restaurant privé : CAS & TAL : Calle Galliano vers le Malecón. Le véritable tapas cubain !
  • Quartier Centro Havana : Restaurant Paladares (restaurant de l’Etat) : ANA’S BUFFET : 10 CUC le buffet cubain à volonté ! Les boissons sont en plus. Leur piña colada est excellente.
  • Quartier Barrio Chino : Restaurant La Flor de Loto : Calle Salud #313. Si vous souhaitez manger un bon petit gros chinois cubanisé pour 12 CUC (mieux vaut être affamé avant d’y aller).
+OÙ SORTIR & DANSER ?
  • Quartier Vedado : 1830 : J’ai eu la chance d’assiter au concert de los Van-Van (15CUC, très cher pour le pays, mais expérience à vivre absolument).
  • Quartier Miramar : Tropicana : dans ce genre d’endroit, mieux vaut être accompagnés d’amis cubains pour qu’ils puissent commander les boissons au prix cubains et non prix du touriste, Deux fois plus cher ! C’es une boîte de nuit avec une scène pour danser, souvent en couple d’ailleurs.

Et vous, vous avez déjà découvert les rues de La Havane ? Si oui, qu’est-ce qui vous a plu ? Si non, qu’est-ce qui vous attire le plus ? Vos commentaires sont précieux, ils aident les autres voyageurs 🙂

TOUS MES ARTICLES SUR CUBA 

Leave a Comment