Home SPORT OUTDOOR 10 choses à savoir avant de débuter le ski de randonnée !

10 choses à savoir avant de débuter le ski de randonnée !

Le ski de randonnée, c’est un mélange entre, la randonnée et le ski hors-piste. C’est aussi certainement, le meilleur moyen de parcourir l’immensité de la montagne l’hiver, loin, parfois très loin, des pistes toutes tracées. Le but ultime du skieur de randonnée, c’est d’apprécier les beaux paysages (d’en chier) à la montée, et de se faire plaisir dans la descente. Imaginez-vous un peu… seul au monde, à poser vos propres traces, dans de la bonne poudreuse !

Mais pas si vite ! Car, même pour la moindre initiation, ça impose une sacrée préparation ! Quelle paire de skis ? Quelles fixations ? Quelles peaux ? Quel matériel de sécurité obligatoire ? Quelle paire de chaussures ? Quel type de vêtement ? Quelles conditions climatiques ? Quel niveau faut-il avoir en ski ? Quel genre d’accompagnateur ? Quel budget? Quel itinéraire ? 

Waouh mince ! J’ai dû en perdre la moitié en route là… 🙂 Vous me direz, si vous êtes toujours là, c’est que vous restez motivés à découvrir le ski de randonnée.  Courage ! Le plus sympa reste à faire. 

En tant que novice, je vous avouerais m’être sentie un peu perdue dans cet univers, au jargon parfois très technique. C’est pour cette raison que j’ai attendu plus d’une année, avant de me lancer ! 

Cet article, s’adresse aux néophytes comme moi. Il est bien loin d’être exhaustif, ni exemplaire. Ce sont tout simplement les questions auxquelles j’ai été confrontées avant de faire mes premières traces. Aussi, celles auxquelles je n’avais absolument pas pensées, car je n’y connaissais rien. Merci à mes amis de glisse de m’avoir aidé à apprivoiser le matériel. Ce sont eux qui m’encadrent. Ils pratiquent cette discipline depuis plus de 10 ans dans des conditions extrêmes dans l’Arc Alpin, la Cordillère des Andes, l’Himalaya. Aussi, sans oublier, les bonnes vieilles Vosges !

Oui ! Croyez-moi ou non, nous pouvons faire du ski de rando dans les Vosges !

10 choses à savoir avant de débuter le ski de randonnée 

1 + En pratique, c’est quoi le ski de randonnée? 

En montée, les skieurs de randonnée, collent des « peaux de phoques » sur la semelle de leurs deux skis. Les skis sont eux-même équipés de fixations particulières, qui permettent de débloquer le talon de la chaussure, pour activer le mode marche. En descente, les skieurs enlèvent les peaux, bloquent leurs fixations pour qu’elles ne fassent plus qu’un avec le ski. Nous retrouvons alors, la posture du ski alpin.

Si vous avez déjà essayé la randonnée en raquettes,  sachez qu’en ski de randonnée, nous avons un rythme de croisière plus élevé, et nous avons tendance à moins nous fatiguer. En effet, car nous ne soulevons pas les pieds. Nous faisons glisser le ski sur la neige, et nous accompagnons notre progression avec les bâtons, de manière relativement naturelle.

2 + Quel niveau physique faut-il avoir pour débuter le ski de randonnée ? 

Autant vous prévenir de suite, c’est une activité qui demande d’être en forme physiquement. Le ski de randonnée, est une activité qui exige beaucoup d’endurance et de souplesse. Par conséquent, les sportifs pratiquant un sport d’endurance, seront bien plus à l’aise que les autres à la montée. Cependant, ne vous échappez pas toute suite, rassurez-vous, il y a des courses relativement faciles, avec de faibles dénivelés, qui permettent aux plus débutants de découvrir avec plaisir.

3 + Quel est le niveau de ski requis pour la pratique ? 

Au minimum, un niveau confirmé en ski alpin. C’est-à-dire, savoir skier dans tout type de neige. Inutile de savoir skier à toute vitesse, mais il faut réellement être capable de skier partout et dans toutes les conditions.

4 + Faut-il partir seul ou accompagné en ski de randonnée? 

Une chose est bien sûre, c’est qu’il ne faut JAMAIS partir seul en ski de randonnée. C’est une règle à laquelle il ne vaut mieux pas déroger en montagne, pour s’assurer un maximum de sécurité.

Le CAF (Club Alpin Français) propose des initiations encadrées par des initiateurs diplômés, moyennant une cotisation annuelle. Je vous conseille de vous rapprocher du CAF le proche de chez vous. C’est la solution la moins couteuse pour une initiation. C’est l’occasion de rencontrer des personnes pratiquant cette discipline, proche de chez vous. Jetez un coup d’oeil juste par ici : ffcam – liste des CAF du monde. Sinon, il y a l’option UCPA qui organise des stages d’initiation sur un week-end ou une semaine. Aussi, le guide particulier, qui sera bien plus cher, mais idéal pour découvrir en petit comité, avec plus de conseils ciblés.

 

5 + Où puis-je pratiquer le ski de randonnée? 

Dans tous les massifs enneigés ! Il n’y a pas vraiment de limites tant qu’il y a de bonnes conditions de neige, suffisamment de dénivelé, sous réserve d’être accompagné en toute sécurité !

Oui, je fais de la promotion pour ma région, oui nous pouvons pratiquer le ski de randonnée dans le Massif Vosgien ! Et oui, il y a même un très joli topo des plus belles randos à ski à La Bresse – Hohneck 

6 + Quel matériel est nécéssaire pour pratiquer le ski de randonnée? 

-Le matériel de sécurité : le D.V.A (Détecteur de Victimes d’Avalanches) + la sonde + la pelle, une couverture de survie, une trousse de premiers soins. Pensez à prévoir un sac-à-dos entre 20 et 30 L suivant votre gabarit. Le plus important, s’être entrainé à l’utilisation de ces outils.

-Le matériel technique : Les chaussures de ski de randonnée, les skis adaptés à la discipline, les « peaux de phoques », les bâtons.

-L’habillement : Pour débuter, si vous êtes équipés d’un pantalon + veste de ski ceci fera très bien l’affaire pour une première. Pensez à prendre une paire de gants fines pour la montée, une paire de gants de ski pour la descente. Prenez 2 couches fines en dessous de votre veste, type :  (par exemple, de quoi vous équiper à petit budget : 1ère couche : sous-vêtement technique Wedze// 2 ème couche : sous-veste de ski Wedze

– Ravitaillement : de l’eau (ou thé), collation (type barres de céréales, fruits, fruits secs).

 

7 + Comment gérer mon budget pour m’initier?

C’est une question très vaste ! Mais, partons du principe que vous n’ayez aucune connaissance dans votre entourage qui puisse vous prêter du matériel, ni vous initier. Dans ce cas, il faut penser à plusieurs budgets : le lieu de la randonnée, la prestation du guide, la location du matériel, ainsi que l’habillement (ci-dessus).

-Le lieu : je ne vous apprend rien, au plus proche ça sera de chez vous, au moins cher ça coutera.

-La prestation d’encadrement d’un guide ou d’un moniteur : il faut compter entre 200 et 250€ la demi-journée ( pour un groupe jusqu’à 8 personnes). A noter que plus le groupe est restreint, plus l’apprentissage sera rapide.

-La location du matériel : Louer, reste la meilleure option pour s’initier ! comptez entre 40 et 60€ par jour (ski adaptés à la discipline, bâtons, peaux de phoques, chaussures, D.V.A (détecteur de Victimes d’Avalanches), pelle, sonde).

-L’habillement : il peut-être très faible en fonction de l’équipement de ski que vous possédez déjà.

8 + La SÉCURITÉ très bien, mais comment, pourquoi ? 

Attention la sécurité prend un sens tout particulier dans la pratique de ski de randonnée ! Si je vous dit, avalanches, -20 (ressenti -30), crevasses, séracs, plaques à vent, névés, corniches. Ca vous parle? Eh bien moi non plus, ça me disait rien du tout ! Et c’est l’incompréhension de tous ces mots qui m’ont fait réaliser combien c’était important d’apprendre à comprendre ce jargon. Mais surtout, de le maitriser pour ne pas se retrouver dans  des situations à risques ! Je ne souhaite pas vous faire peur, juste vous sensibiliser aux dangers que nous pouvons encourir. C’est pour quoi encore une fois, je vous conseille vivement de partir avec des personnes qualifiées.

9 + Comment  l’itinéraire sera choisit ?

Le choix de l’itinéraire s’effectue en fonction de divers critères :

  • Du niveau physique & technique du groupe.
  • De la difficulté technique de l’itinéraire (dénivelé, étroitesse, condition de neige).
  • De la météo (nivologie, météorologie).

L’idéal pour une initiation : Partir une demi-journée, parcourir 350m de dénivelé. Sachant qu’un débutant effectue en moyenne 250 mètres de dénivelé par heure. Pour ma part, mes premières sorties, je n’ai pas dépassé les 400 mètres de dénivelé, histoire de terminer en appréciant, sans être fatiguée. Mais autant vous dire que le lendemain, je me suis quand même, encore découvert de nouveaux muscles !

10 + Chek-list avant de partir en toute sécurité !

  •  S’assurer que nous sommes en forme physiquement le jour-J (blessure, mental)
  •  S’être bien renseigné sur les conditions météorologiques et la nivologie
  • Vérifier le bon fonctionnement de son matériel ;  la bonne paire de ski, ses peaux, ses fixations (qu’elles se bloquent et débloquent bien), son DVA (chargé, branché)
  • S’équiper de son sac-à-dos : pelle, sonde, D.V.A, gourde d’eau / de thé, collation (fruits secs)

Bon eh bien voilà (presque) tout est dit ! J’espère que je n’ai rien oublié d’essentiel pour débuter en toute sécurité sans oublier de prendre plaisir !

PS : Les snowboarders, je ne vous ait pas oublié ! Vous pouvez aussi vous équiper d’une splitboard. Mais je n’y connais rien, je vous laisse entre les mains d’une habituée : Lucy PLATZ du blog Gravity Ladies avec son superbe article sur le sujet : Conseils & Matos pour la pratique du splitboard.

N’hésitez pas à commenter, pour m’aider à compléter cet article et aider au mieux la communauté de sportifs à s’aventurer !

 

 

 

2 comments

Elie 18 février 2018 at 8 h 42 min

Bonjour, on peut tout à fait partir seul en rando. On peut choisir dans ce cas, pour la sécurité, un itinéraire fréquenté et de bonnes conditions.

Reply
Marion
Marion 20 février 2018 at 8 h 57 min

Bonjour Elie,
Voilà un randonneur aguerri j’imagine ? 😉 Mais là, cet article s’adresse effectivement aux novices, à ceux qui souhaitent découvrir ce nouvel univers en toute simplicité. Pour se faire, le mieux est d’être accompagné par un professionnel, ou bien par un ami ayant l’habitude, pour établir de bonnes connaissances dès le départ. Ne l’oublions jamais, la montagne est belle, mais dangereuse, il faut apprendre à la dompter, en maitrisant au fur et à mesure les outils… pelle, sonde, DVA, météo, nivologie et pour les premières c’est quand même rassurant que quelqu’un nous explique tout ça en pratique ! 🙂

Reply

Leave a Comment